Les arnaques téléphoniques

Depuis quelques mois, les appels frauduleux se multiplient, incitant le consommateur à appeler des numéros à forte facturation. Ces arnaques téléphoniques sont surnommées « Ping Call » ou « arnaque de l’appel en absence » mais il en existe d’autres variantes, le message préenregistré ou encore le SMS. Les fraudes par téléphone peuvent se faire sur un téléphone fixe ou sur un portable.

De telles pratiques peuvent prendre différentes formes, plus trompeuses les unes que les autres, pour ne pas éveiller les soupçons des usagers. En effet, les messages ou les appels restent vagues pour inciter les destinataires concernés, curieux, à rappeler. La pratique la plus répandue est le « spam vocal » ou « Ping Call » et celle-ci consiste à appeler un usager en ne laissant le téléphone sonner qu’une seule fois. Le destinataire n’ayant pas eu le temps de décrocher, essaie de rappeler un numéro à tarif majoré. Pour piéger le consommateur, les fraudeurs utilisent également des prétextes subtils et parfois crédibles. Ainsi, il est indiqué à l’interlocuteur que son colis est arrivé, que le solde de ses points de permis de conduire a été mis à jour, que son conseiller demande à être recontacté ou encore qu’il est désigné comme bénéficiaire d’un bon d’achat.

Les arnaques téléphoniques sont courantes car elles trouvent à s’insérer dans un cadre légal. Pour éviter les abus de professionnels indélicats, il convient donc d’analyser les règles de fonctionnement qui régissent les appels téléphoniques.

Le législateur a mis en place des numéros spéciaux qui sont qualifiés de « SVA ». Leur intitulé indique qu’ils donnent accès à des « Services à Valeur Ajoutée ». Ils commencent par 08 (ils ont alors 10 chiffres), par 3 ou 1 (4 chiffres) et par 118 (6 chiffres).

Ces trois catégories de numéros ont un coût très différent

Les numéros verts, gratuits (commençant de 0800 à 0805 ou certains numéros courts en 30 ou 31), vers lesquels les appels ne font l’objet d’aucune facturation ;

Les numéros gris, dits banalisés (commençant de 0806 à 0809), vers lesquels les appels sont facturés au prix d’un appel vers un numéro fixe (« appel normal ») ;

Les numéros violet/magenta, surtaxés, (commençant par 081, 082, 089 ; courts à quatre chiffres sauf 30 et 31, ou à 6 chiffres commençant par 118) vers lesquels les appels sont facturés au prix d’un appel vers un numéro fixe, auquel s’ajoute le prix du service défini par l’éditeur. Ils permettent à ces éditeurs de vendre des contenus ou des services spécifiques par voie téléphonique (prévisions météo, renseignements, achats de billets, etc.) et d’en recouvrer le prix via une surtaxe prélevée sur la facture de l’opérateur de service téléphonique de l’appelant.

Les arnaques se rattachent à cette dernière catégorie, plus spécifiquement les numéros en 089. En effet, le prix de l’appel peut être ici fortement majoré et ce surcoût est versée à l’éditeur, selon deux options :

  • Soit un montant par minute de communication qui peut aller jusqu’à 0,80 €, avec une facturation dès la première seconde,
  • Soit un montant forfaitaire avec un maximum par appel de 3 €

Toutefois, la pratique visant une arnaque passe généralement par un premier appel non-surtaxé (numéro commençant par 01 ou 09) au consommateur (ou un SMS). Cet appel l’invite à rappeler un second numéro à facturation majorée. Là, différents stratagèmes sont utilisés pour garder la personne aussi longtemps que possible en communication et endormir sa méfiance. Ainsi, le particulier rappelant pour obtenir son bon d’achat peut être mis en attente et renvoyé de service en service aussi longtemps que sa patience l’acceptera.

A côté des numéros en 089 pouvant faire l’objet d’arnaques, nous attirons votre attention sur les numéros en 118 (à 6 chiffres) qui facturent des prestations de renseignements téléphoniques à des prix très élevés, se situant généralement entre 5 et 6 € la minute. Ces prix nous paraissent excessifs. Dans une publication de mars 2016, la revue « 60 Millions de consommateurs » soulignait que les services de renseignements téléphoniques sont les seuls pour lesquels la règlementation ne fixe aucun plafond.

Et la facture peut encore fortement s’aggraver si le consommateur s’avise à accepter une mise en communication avec le numéro identifié : il est alors facturé pendant toute la durée de l’appel au taux majoré de l’opérateur ! « 60 Millions de consommateurs » cite ainsi une personne ayant reçu une note de 177 € car elle pensait avoir « appelé directement le service client Xbox pour dépanner la console de son fils ».

Comment réagir face à ces sollicitations ?

En premier lieu, ne jamais rappeler un numéro inconnu commençant par 089. Si un doute existe dans votre esprit sur l’intérêt de ce numéro ou son prix, il vous est possible de l’identifier par le site d’information suivant : www.infosva.org.

Un site intitulé www.arnaques-internet.info propose aux consommateurs lésés de signaler leurs déconvenues. Il est librement consultable et permet à chacun de réfléchir sur ces pratiques, avec de multiples exemples.

Vous pouvez signaler l’arnaque sur le site précédemment cité et envoyer un SMS au 33700 ou par internet (site www.33700.fr).

Par ailleurs, une inscription sur la liste Bloctel (site du même nom [1]) interdit aux professionnels les sollicitations téléphoniques un mois après votre inscription. Si vous avez déjà un contrat en cours avec le professionnel, il est toutefois autorisé à vous appeler.

Une recherche de renseignements téléphoniques est facturée très chère par téléphone. En revanche, cette recherche peut être facilement effectuée sur Internet gratuitement.

Pour conclure, évitez les services de renseignement par téléphone et refusez une éventuelle mise en relation. Lors d’un appel vers un numéro « SVA », identifiez-le puis interrogez-vous sur la nécessité de cet appel et renseignez-vous sur le prix qu’il vous en coûtera.

Bon
A savoir

Les sites d’achats sur Internet ont l’obligation de proposer une ligne téléphonique non surtaxée lorsque l’appel concerne le suivi d’une commande, l’exercice du droit de rétractation, une réclamation ou encore la mise en jeu d’une garantie suite à un achat.

Les modalités de calcul d’un appel téléphonique majoré doivent être obligatoirement communiquées par un message gratuit, en début de communication (ce qui malheureusement n’est pas toujours le cas).

[1] : http://www.bloctel.gouv.fr/

Hypermarché : attention aux produits d’exposition

Attention aux arnaques dans les hypermarchés, particulièrement avec les biens informatiques. Vérifiez bien, quand vous êtes sur le point d’effectuer un achat dans un hypermarché, que votre matériel est neuf. 

Car il peut, par exemple, s’agir d’un ordinateur d’occasion. Le matériel peut avoir été exposé en vitrine. S’il tel est le cas, sachez qu’en règle générale, les commerçants préfèrent ne pas vendre les articles d’exposition à leurs clients. 

En effet, ceux-ci peuvent avoir été abîmés, être dépassés ou s’avérer moins performants. Evitez dont d’acquérir ce type de matériel et surtout assurez-vous de toutes les garanties nécessaires lors d’un achat particulièrement important et coûteux.

La douane vous demande de l’argent par mail pour la livraison d’un colis : Arnaque

Vous avez peut-être reçu en cette période de déconfinement un mail où la douane vous réclame de régler (via l’achat d’un code PIN) des frais de TVA relatif à un colis commandé à l’étranger : soyez vigilants, il s’agit d’un « pishing », que l’on appelle aussi hameçonnage. Autrement dit, il s’agit d’une arnaque, et vous perdrez définitivement votre argent. En effet, la douane française a publié un article le 18 mai 2020 afin d’alerter sur ces mails frauduleux, et en rappelant qu’elle n’est aucunement à l’origine de ces mails (https://www.douane.gouv.fr/actualites/alerte-aux-courriels-frauduleux-de-phishing-ou-hameconnage).

La douane rappelle d’une part qu’elle ne procède jamais ainsi pour réclamer le paiement des taxes et droits indirects comme l’est le TVA, d’autre part que toutes les adresses mails de la douane s’achèvent par @douane.finances.gouv.fr – il s’agit du « domaine » utilisé par les services de douane.

Voici le contenu de ce mail frauduleux :

 

MAIL FRAUDULEUX

——– Message d’origine ——–

De : confirmation-colis@douane.gouv.fr

Date : 25/05/2020 11:03 (GMT+01:00)

À : contact@adeic.fr

Objet : DIRECTION REGIONALE DES DOUANES

Cher(e) Client(e),

Votre colis DHL N° 4394675536 expédiée le 16/05/2020 ,Afin de permettre la livraison du colis les frais de TVA sont refacturés à l’importateur.

Article 134-I et II-1° du CGI : LOI n°2012-1510 du 03 mai 2017 – art. 68 (V) la validation du solde Paysafecard pour reglement des frais de douanement est valable

Afin de permettre la livraison de votre colis DHL N° 4394675536 destinée à l’adresse de votre domicile, veuillez régulariser vos frais douaniére impayés en suivant les étapes au dessous pour récuperer de colis :
1. Achetez un code PIN Paysafecard en ligne (50 EUR)
2. Envoyez le code PIN (16 chiffres) à l’adresse suivante:service@douane.gouv.fr
3.Vous recevrez un e-mail contenant votre nouveau code de colis et le lien pour confirmer correctement votre adresse postale.

Cordialement,
Service client DOUANE

https://www.douane.gouv.fr/actualites/alerte-aux-courriels-frauduleux-de-phishing-ou-hameconnage

Plusieurs indices montrent qu’il s’agit d’une arnaque :

  • les fautes d’orthographe et de français, par exemple « les frais douanières » ou les fautes d’accent ;
  • le fait que la douane s’adresse à vous comme un client alors qu’il ne s’agit aucunement d’une entreprise ;
  • l’adresse mail qui ne correspond pas aux adresses mails habituelles des services de douane ;
  • le fait que l’on vous réclame un paiement selon un mode inhabituel.

D’une manière générale, nous vous rappelons qu’une demande de paiement reçue par mail est suspecte, d’autant plus quand vous ne connaissez pas l’expéditeur et qu’il y a des fautes d’orthographe.

Que faire lorsque je reçois un mail frauduleux ?

Lorsque vous recevez un tel mail, vous ne devez ni y répondre, ni ouvrir les pièces jointes, ni cliquer sur les liens « hypertextes » contenus dans ce mail.

Vous devez en revanche effectuer un signalement, ce que vous pouvez faire sur ce site internet :

Signal spam : https://www.signal-spam.fr/
Vous pouvez également, si votre messagerie vous le permet, « signaler » ce mail directement depuis votre messagerie. Toutefois, même si vous le faites, nous vous conseillons d’effectuer le signalement sur signal spam en parallèle.

Si par mégarde vous avez suivi les instructions du mail frauduleux et avez été victime d’une escroquerie, vous pouvez faire le signalement sur ce site du Ministère de l’intérieur : https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.actio

Fraude sur les comptes bancaires

Près de 1,5 millions de ménages en France se sont déclarés récemment victimes de retraits frauduleux sur leur compte bancaire de différentes manières ; les fraudes se sont fortement sophistiquées en France et dans le monde, atteignant non seulement les particuliers mais aussi des organismes publics pourtant très avertis et protégés.

Les faits : Deux de nos adhérents dans le 31, clients de la BNP Paribas, ont été victimes en 2020 de ces fraudes respectivement d’un montant de 4950 € et de 2700 €. Ayant suivi la procédure soit, demandes de remboursement et  recours local et régional, l’Adéic31 a pu saisir le Médiateur de la BNP en janvier 2020, qui dispose de 2 mois pour traiter. Il a fallu différentes interventions et même auprès du siège national de la banque pour arracher enfin une réponse.. au bout de 8 mois, mais négative, axée sur la responsabilité, des négligences supposées de nos adhérents.

La défense : La plus forte somme volée a été obtenue en trois phases : récupération et utilisation du numéro d’identification de l’espace client puis du mot de passe et enfin une auto-autorisation obtenue de la banque pour réaliser le virement de la somme.. La seconde somme a été détournée plus classiquement par la récupération du mot de passe lors d’un paiement en ligne et l’adhérent n’a pas donné suite. Par contre, dans le premier cas, l’ adhérent a décidé de poursuivre en justice et pris un avocat qui, à notre connaissance, a repris notre argumentation ; il a finalement obtenu que, par négociation engagée par le Médiateur, la somme volée soit intégralement remboursée par la BNP ainsi que la moitié des frais d’avocat..

Conclusion : Si l’association n’a pu directement obtenir satisfaction pour son adhérent, la poursuite judiciaire et « la peur du juge » a amené la banque à de bien meilleures conclusions. Ainsi, nos associations seront de plus en plus confrontées à ce type de litige car les banques, suite à une amélioration de leurs systèmes de sécurité, rechignent à transiger d’autant plus que les sommes détournées sont de plus en plus importantes. Malheureusement pour les sommes ne dépassant pas les 4000 €, nous n’avons plus la possibilité d’engager nos adhérents auprès de tribunaux de proximité. Il est cependant question de les rétablir.

NB : une gigantesque base de données contenant des identifiants et des mots de passe de centaines de millions d’internautes (3, 2 milliards de mails compromis) a été mise en ligne par un cybercriminel. Le secrétaire d’État au Numérique invite les internautes à s’assurer que leurs comptes ne sont pas entre les mains de hackers mal intentionnés (source LCI).