LE MOUVEMENT CONSOMMATEUR OUBLIE ET MALTRAITE PAR LE GOUVERNEMENT !

6 MOIS APRES LE VOTE DU BUDGET PAR LE PARLEMENT, LES SERVICES DE L’ETAT N’ONT TOUJOURS PAS ANNONCE LE MONTANT DES SUBVENTIONS ATTRIBUEES A L’INC, AUX CTRC ET AUX ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS.

Ce silence assourdissant montre le peu de considération faite à tous ceux dont la fonction est de défendre les consommateurs dans l’ensemble des territoires de la République.

Qu’il s’agisse du pouvoir d’achat, de la qualité des biens et des services, de la santé ou des enjeux de la transition énergétique, des arnaques de toutes sortes, les consommateurs ont besoin de services publics efficaces, prévenant et contrôlant les dérives éventuelles, et d’associations soutenues par l’Etat pour assurer leur défense et leur protection au quotidien.

Nous constatons malheureusement que depuis 4 ans les subventions allouées à l’INC et aux diverses associations par l’Etat ont baissé de 40%.

Une nouvelle baisse ne pourra être aujourd’hui acceptée car elle mettrait en péril l’INC, établissement public (qui publie notamment « 60 millions de consommateurs »), les CTRC, qui font un travail utile d’information et de formation dans les régions et les associations qui, au quotidien, sont au contact des consommateurs et luttent contre les abus et les inégalités observées.

Nous lançons donc un appel solennel au maintien et au soutien des services publics dédiés (DGCCRF et services déconcentrés) et de ce mouvement associatif, vivant et dynamique, à qui l’on demande toujours plus dans un contexte de crise, et qui s’avère réellement indispensable pour faire vivre la citoyenneté tout en protégeant sur le terrain  les publics les plus fragiles.

 

L’ADEIC, L’ALLDC  et le CNAFAL, membres de l’ULCC.