Le tonneau des Danaïdes.

Qu’est-ce ?
Un tonneau sans fond que vous remplissez d’eau sans cesse et qui se vide au fur et à mesure… et pour cause…
Eh bien, la consommation, c’est pareil… Vous pensez avoir trouvé la solution à un problème …
Vous fermez la porte, il revient par la fenêtre, puis par la cheminée et ce n’est pas le Père Noël.
Lassant, vous avez dit lassant.

Mais heureusement que l’Adeic, c’est une équipe… Quand l’un s’épuise, un autre prend la relève et réattaque de plus ferme.
Autre constat, la réalité est déjà bien compliquée, pourquoi la déformer, pourquoi jeter le trouble.
L’Adeic a toujours fait sienne la recherche de la vérité, la discussion contradictoire et sans complaisance.

Mais la réalité des plats cuisinés est désespérante…
Des pizzas avec des olives apparemment noires, mais en réalité vertes, car moins chères et plus attractives…
Des préparations avec des ingrédients sans rapport avec le plat… Désespérant.

La DGCCRF, le gendarme de la consommation, est critiquée, mais après tout, elle ne fait que sanctionner les professionnels voyous, fraudeurs, escrocs, dont les victimes sont généralement les consommateurs fragiles, aux moyens financiers les plus faibles.

Vous en voulez encore ?
En huit ans, de 2011 à 2018, la durée de vie des lave-linge qui était en moyenne de 10 ans, est passée à sept ans, donc moins 30 %…
En 2015, dans le cadre du Conseil National de la Consommation, l’Adeic participait comme rapporteur à une étude sur la durabilité des produits et, en prolongement, s’interrogeait sur ses conséquences au niveau de l’emploi, du chômage de l’appareil de production et du comportement des consommateurs avec, comme cadre, un accompagnement par les pouvoirs publics, une politique promouvant la durabilité des produits et la lutte contre l’obsolescence programmée.

Bilan : trois ans de moins de durabilité des machines à laver sachant que 97 % des Français en sont équipés.
La chute est dure… Quelle distance entre ces ambitions et la réalité !!!

Mais restons volontairement optimistes, si l’on considère que le consommateur est de plus en plus vigilant et qu’en utilisant l’application YUKA, entre autres, il a incité certains distributeurs alimentaires à retirer de nombreux ingrédients douteux pour les remplacer par d’autres à la composition plus saine pour notre alimentation.

Bon appétit, oh consommateurs intègres….

Patrick Mercier
Président ADEIC