A la suite de la conférence téléphonique du 25 avril 2020, avec Agnès PANNIER-RUNACHER, Secrétaire d’Etat, sur les masques en tissu, je souhaite porter à votre connaissance les informations suivantes :

Le masque en tissu est complémentaire des gestes barrière, respecter une distance d’au moins un mètre avec autrui, se laver les mains, tousser dans votre avant-bras, pas d’embrassade ni poignées de mains…

  • Les masques pourront être distribués vers le 4 mai 2020, et peuvent être payants entre 4 et douze € mais l’efficacité ne va pas de pair avec le prix.
  • Ils devraient être délivrés en pharmacie, chez les buralistes, dans les municipalités et dans grande distribution commerciale à laquelle il est demandé de proposer un article d’appel sans pour autant lésiner sur la qualité.
  • Une information sur les bonnes pratiques devrait être donnée lors de la distribution.

Les masques ne sont pas utilisables indéfiniment.

  • Un visuel devrait permettre d’en connaitre l’homologation, le nombre de lavages et s’il arrête à 70 ou 90 % les particules de plus 5 microns.
  • Ne pas mettre le masque au congélateur car le virus serait au contraire conservé.
  • Après usage, le masque en tissu doit être lavé à 60° pendant 30 minutes, séché en tambour et non à l’air libre et repassé à 120°.
  • Après que le nombre maximum de lavage (une quinzaine environ) votre masque ait été atteint, il est conseillé de le mettre dans un sac de plastique, de le fermer et de le jeter dans le sac de votre poubelle. L’AFNOR recommande un double emballage.

La France serait en capacité de produire 20 millions de masque en tissu fin mai et  50 millions  en octobre mais totalement insuffisant pour une auto-consommation.

L’Adeic est intervenue afin que les pouvoirs publics alertent les particuliers fabriquant eux-mêmes leur masque sur la qualité du tissu et la confection.

Elle a souligné la dépense induite par l’achat de masques. Car même un masque à 5€, lavable 15 fois et changé 2 fois par jour, revient  au minimum par personne 20 € /mois (5€ x 2 quinzaines X 2 par jour), soit 80€ pour une famille de 4 personnes.

Une dépense non négligeable sachant que le masque protège l’autre mais si l’autre n’a pas les moyens de faire face à cette dépense, c’est l’efficacité du système qui est remis en cause.

Prenez soin de vous et des autres…

Patrick MERCIER

Président de l’Adeic