C’est désormais officiel : le gouvernement vient d’abaisser à 80 km/h la vitesse maximale sur les routes secondaires, une décision impopulaire mais qu’il juge indispensable pour endiguer la hausse de la mortalité routière. Les associations d’automobilistes, elles, mettent en doute son efficacité, l’impact précis de cette mesure restant à ce stade impossible à prévoir.