Les Feuilles de Chou
N°39 – mai 2016
Budget « peau de chagrin » pour la défense des consommateurs
Chaque année l’assemblée générale de l’Adéic-LR est l’occasion de faire le point sur la politique
de la consommation dans notre pays.
Alors que le nombre de litiges et d’arnaques ne cesse de croître, comme en
témoigne l’activité de notre association, la politique du Secrétariat d’état auprès du ministre de
l’économie, de l’industrie et du numérique, chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation
et de l’économie sociale et solidaire vit au rythme de la publication des textes réglementaires
issus de la Loi Hamon. La loi pour la croissance et l’activité dite Loi Macron a apporté quelques
nouveautés, largement médiatisées : libéralisation des transports en autocar, abaissement du coût
du permis de conduire, ouverture des commerces le dimanche et en soirée.
Mais, les moyens du Secrétariat d’état sont en baisse. Si l’Institut national de la consommation
(INC) semble avoir été sauvé, on assiste à un abandon progressif des moyens donnés aux associations
de consommateurs par le biais des CTRC (Centres techniques régionaux de la consommation) : baisse
de 8, 98% sur les crédits de fonctionnement en 2015. Baisse annoncée de 8.5% en 2016, avec un gel
de crédits équivalent. Et les crédits gelés sont rarement dégelés. Nous ne savons même pas si les
crédits alloués à France 3, pour la réalisation des Flash-conso seront attribués cette année. Les
CTRC sont à la fois nos soutiens juridiques et nos organismes de formation. Si, pour survivre, ils
se mettaient à facturer leurs prestations à la hauteur de leurs coûts réels, ce serait ruineux pour
les associations. Et, au final, ce seraient les consommateurs qui en feraient les frais.
Dominique Lassarre

 

 

 

 

FdC_N39