logo

 

 

HYGIÈNE ET MODERNITÉ. WHAT ELSE ?

Les Feuilles de Chou

N°38 – avril 2016

 

 

Depuis des années, je place le marc de café et les restes de thé au pied de mes plantes d’ornement à l’intérieur comme à l’extérieur. Cette pratique écologique est connue pour avoir un effet bénéfique sur les végétaux. C’est un engrais riche en azote, phosphore et potassium que l’on mélange à la terre au moment du rempotage, où que l’on répand en surface et qui s’infiltre  par l’arrosage. C’est également un bon répulsif contre les insectes et un antibactérien connu.

C’est en voulant étudier ces qualités, que des chercheurs d’un laboratoire de l’Université de Valence (Espagne) ont détecté plus d’une trentaine de souches de bactéries différentes dans des machines à café à capsules ou à dosettes qui ont des réservoirs de récupération des dosettes usagées. Un résultat inattendu mais tout à fait explicable. Les bactéries se développent dans la chaleur et l’humidité des dosettes, puis elles se répandent dans l’ensemble de la machine en trouvant de petits nids douillets dans le tartre des conduits. Enfin elles migrent naturellement dans notre tasse de café. Et certaines d’entre elles sont peut-être bonnes pour nos plantes mais dangereuses pour notre santé.

La solution : vider régulièrement le compartiment qui recueille les dosettes, le nettoyer ainsi que la grille d’égouttage et le support des  tasses  avec  un  produit  antibactérien.  Certaines  marques

recommandent un nettoyage et un détartrage mensuel complet avec un détergent détartrant et dégraissant.

De nombreux objets modernes comme les réfrigérateurs, les claviers d’ordinateur ou les téléphones mobiles sont des foyers bactériens dont la propreté nécessite toute notre attention. Modernité ne signifie pas toujours hygiène.

Dominique Lassarre

 

 

 

A lire le fichier PDF Ci-dessous:

Feuilles de Choux N°: 38